Catalogue
Emmanuel Steiner
96 pages, 10 euros
ISBN 978-2-9541329-4-5
Iraj Valipour
168 pages, 14 euros
ISBN 978-2-9541329-7-6
Guillermo de La Roca
160 pages, 12 euros
ISBN 978-2-9541329-3-8
PhB éditions publient également 
la revue semestrielle 
Chroniques du çà et là
Emmanuel Steiner
96 pages, 8 euros
ISBN 979-1093732-02-2
Le Poète et l’Imam est une réflexion sur le pouvoir. Sous les apparences de la satire et de la caricature, transparaît la problématique de l’individu face au pouvoir institutionnel ; c’est même le point de fuite qui donne à ces récits leur perspective.  Pour ne pas être réduit à l’état d’objet, le seule défense de l’individu (ici le Poète) consiste à réveiller la paranoïa et la mégalomanie du gouvernant (ici l’Imam). Aussi le roman d’Iraj Valipour organise-t-il cette variation  de la folie en utilisant des notions comme le chamanisme urbain, la décroissance, l’atome, l’énergie mentale, la croyance religieuse...
« Le mal est sans pourquoi parce qu’il n’y a pas de pourquoi », écrivait André Green dans La Folie privée.
Transhorizon tenterait pourtant de poser la question de ce mal radical inscrit en chacun de nous, et dont la force de frappe négative influerait nécessairement sur le cours de nos existences.
Quel lien unit guérisseur, lapin, organisateur de tourisme, gestionnaire informatique, cheval et chaman ? Un comportement oscillant entre pensée magique et raison raisonnante constitue la trame de ces nouvelles. Connaître et apprécierjette un regard sceptique et amusé sur le monde, à travers de courtes nouvelles.
Guillermo de La Roca révèle à la fois une exigence et une inspiration pétrie par de nombreuses références. Il a choisi d’écrire dans un style simple, un style incisif au service des thématiques développées, entre autres, la liberté, l’éthique, le pouvoir de la raison et de l’irrationnel.
 
Nouvelles bartlebyennes revisiterait la célèbre réflexion du personnage d’Herman Melville, Bartleby, le scribe qui préférerait ne pas (« I would prefer not to»). Que signifierait aujourd’hui une telle formule qui évoquerait en filigrane cette figure de L’Épuisé (chère à Gilles Deleuze – titre d’une postface à Quad de Samuel Beckett), représentative de tous les exclus ?
Là sont mis en scène des petits riens pour capter les grandes choses de l’existence. Les Nouvelles bartlbyennes fonctionnent comme une catharsis. Face à un monde de plus en plus sombre, Emmanuel Steiner s’interroge à travers des fictions courtes sur l’identité, la permanence de l’individu dans une société qui absorbe les êtres dans le tourbillon de l’anonymat.
Sur Transhorizon par Frédéric Saenen
http://salon-litteraire.com/fr/emmanuel-steiner/review/1937549-emmanuel-steiner-la-non-envie-de-rienhttp://salon-litteraire.com/fr/emmanuel-steiner/review/1937549-emmanuel-steiner-la-non-envie-de-rienshapeimage_4_link_0
Une autre terre explore un espace du dedans ba- lisé par des réalités extérieures – Londres, la Crète, l’Égypte, Kyoto... Points d’ancrage où naissent des micro-fictions...
Une autre terre serait le parcours d’un narrateur à la découverte de soi selon des trajectoires incertaines, à travers un inconscient géographique, absorbé par la porosité du monde...
Commander Transhorizonmailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20transhorizonmailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20transhorizonshapeimage_5_link_0

Commander 
mailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20immersionmailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20immersionshapeimage_6_link_0
Dimitri Lioubov 110 pages, 9 euros
ISBN 979-10-93732-10-7
« J’appartiens au monde des invisibles, rejoignant le peuple de la moyenne statistique, masse grise de gens qui se croisent dans la rue ou dans les transports en commun sans se voir. Ils sont à ce point transparents qu’ils se traversent les uns les autres comme des fantômes. La lumière du jour me hante et je divague sur les invisibles d’une vie ordinaire sans histoire aux visages floutés sur les images de foule. »
Cela devait être une mission facile, de tout repos, mais les circonstances en ont décidé autrement.
Le vol sans risque d’informations se transforme en situation ubuesque...
Le narrateur raconte sa vie dans le monde du renseignement et décrit, entre autres choses, l’art et la manière des manipulations médiatiques.
 
Un court roman qui critique sur un mode cocasse et sarcastique les absurdités de notre société dite éclairée.
 
Bruno Sibona
107 pages, 9 euros
ISBN 979-1093732-06-0
Guillermo de La Roca
101 pages, 9 euros
ISBN 979-10-93732-12-1
« De rage je donnai un coup de pied dans l’affreux petit caillou noir qui tomba dans le ravin. Une énorme nausée m’envahit, le fond de la vallée remonta et le monde disparut dans un ouragan. »
Fatalisme, réalisme et poésie sont le fond du tableau de ces récits étranges et philosophiques. Un point lumineux constitue la suite du précédent recueil Connaître et apprécier publié chez PhB éditions.
 
Max Milan
165 pages, 12 euros
ISBN 979-10-93732-11-4
Paris, une ville merveilleuse ? Pas pour Sandra. Elle rêvait de Paris. Maintenant qu’elle y est, elle n’y comprend rien. La jeune Ukrainienne n’a pas d’amis. Elle se désespère.
La nuit, somnambule, elle grimpe sur les toits. Elle danse. Et elle se venge...
 
Max Milan écrit des romans noirs. Il a publié notamment Le Visage de la folle chez Rivages.
 
 
Commander Un point lumineux
mailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20lumineuxmailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20lumineuxshapeimage_7_link_0

Commander La somnambule funambule
mailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20somnambulemailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20somnambuleshapeimage_8_link_0
Bruno Sibona
132 pages, 10 euros
ISBN 979-10-93732-15-2
« Belo Horizonte de nuit scintille dans la vallée telle une mer d’élytres iridescentes. En la contemplant à partir de son pourtour montagneux, je pense à Blaise Cendrars descendant la cordillère maritime au début de son Lotissement du ciel. C’est indescriptible, cette ville-utopie qui n’était jusqu’en 1897 qu’une fazenda, ferme-aire de repos sur la longue route d’Outo Preto, la vieille capitale mineira, où les fruits éclairent les rues autant que les arbres en fleurs leurs hivers. »
 
Brasil à hauteur d’ondes est la chronique d’un voyage au cœur de la forêt brésilienne. Le narrateur partage avec les Indiens sa passion du tir à l’arc. Expérience de la jungle dont la beauté sauvage fascine le narrateur, qui ne fait plus qu’un avec la forêt : « Je serais devenu un perroquet bleu, un coléoptère coprophage, une pointe de flèche fichée dans la mémoire brouillée des hommes. »
Brasil à hauteur d’ondes poursuit le cycle initié dans Une autre terre (aux éditions PhB en 2016) : « l’exploration d’un espace du dedans balisé par des réalités extérieures », ici le Brésil.
Alliance de la poésie et de la prose au service d’une enquête sur soi, navigation à travers des régions archaïques en suivant le descriptif concret d’une géographie sensible.

Commander 
mailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20immersionmailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20brasilshapeimage_9_link_0
Emmanuel Steiner
88 pages, 9 euros
ISBN 979-10-93732-14-5
« après avoir stagné pendant plusieurs mois en tant que demandeur d’emploi, puis obtenu le Revenu de Solidarité Active qu’il n’a plus tou-
ché ces dernières semaines, Della Rivolta a fini par ne plus rien être du tout, du moins socialement parlant, puisque n’entrant plus dans au-
cune des cases répertoriées »
 
À travers de courts récits, l’auteur met en scène des personnages s’interrogeant sur leur identité, sur le masque social qu’ils portent, ce qui les amène à agir de façon parfois spectaculaire pour changer leur devenir et le cours des choses.
Récits ponctués d’intertitres comme autant d’inflexions soulignant la dérision du monde.
Emmanuel Steiner poursuit son travail sur la thématique de l’aliénation des gens de peu. Ces nouvelles, comme celles de ses précédents recueils, sont d’un sarcasme mordant et d’une ironie constante. L’Autre Révolution Française est le troisième volet d’une trilogie commencée avec Nouvelles bartlebyennes et Transhorizon, publiés également chez PhB éditions.
 

Commander L’autre révolution françaisemailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20autre%20revolutionmailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20autre%20revolutionshapeimage_10_link_0
Guillermo de La Roca 100 pages, 10 euros
ISBN 979-10-93732-16-9
« En mai-juin 1940, arrêtés par la barrière des Pyrénées, une foule de réfugiés s’entassèrent dans la ville de Lourdes, déjà saturée de pèlerins à cette époque de l’année. Au-dessous de notre jardin, quelques mètres plus bas, les trains passaient au ralenti. J’observais stupéfait, fasciné, inquiet, les longs convois de wagons de toutes sortes, wagons de la Croix-Rouge, fourgons, wagons de voyageurs, wagons plate-forme bondés de familles nombreuses, encombrés de matériels divers, matelas, valises, sacs à dos, voitures d’enfants ; des militaires dépenaillés veillaient sur des armes rassemblées en vrac... Je ne comprenais rien... »
10 ans en 1939 raconte l’histoire d’une longue école buissonnière conditionnée par la guerre et la Résistance.
10 ans en 1939 relève du récit biographique, et révèle une facette intime du nouvelliste.
Au cœur d’événements poignants et tragiques, l’auteur sait tenir la note de la proximité sans pathétique et d’un humour discret dans la tourmente de l’Histoire.
 

Rist van Graspen




Trans-Art













PhB éditions
« Le plasticien, ne vous y trompez pas, a plusieurs longueurs d’avance sur l’écrivain… 
qui par la fascination du langage a enfermé l’expression plastique dans un réseau 
de tabous menant inexorablement à une impasse. Tout plasticien s’affronte à une 
rhétorique langagière qu’il devra déconstruire (...) »


Rist van Graspen avec ce manifeste sur le Trans-Art développe une vision inconocalste de l’art, et du statut de l’artiste. 


Rist van Graspen tient à rester dans l’anonymat, puisque, selon lui, c’est le devenir de tout artiste.

sur le site Recours au poème 
https://www.recoursaupoeme.fr/le-trans-art-et-apres/

https://www.recoursaupoeme.fr/le-trans-art-et-apres/shapeimage_12_link_0
Rist van Graspen 40 pages, 5 euros
ISBN 979-10-93732-17-6
Blese, Baltgalve et Gollanska, qui étiez-vous donc pour faire ça ?
Riga 1941. Les soviétiques d’un côté, les nazis de l’autre. L’étau. Que faire de sa vie ? Tuer ou être tué, disparaître, jouer des coudes, sauver sa peau ? En plein chaos, deux femmes et un homme
s’embarquent dans la publication du premier
dictionnaire letton-français. Entreprise à la fois gratuite et désespérée.
Une bulle d’obstination lexicographique.
Si la bibliuguiansie, l’art de restaurer les livres,
permet sans doute de remettre en état son vieux dictionnaire avachi qui a éveillé sa soif de savoir, la recherche du traducteur/enquêteur
parviendra-t-elle à rétablir l’histoire effacée des trois lexicographes ?
 
Nicolas Auzanneau
Bibliuguiansie, 74 pages, 10 euros
ISBN 979-10-93732-19-0
Couverture de Philippe Enrico
Commander Bibliuguiansiemailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20bibliumailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20bibliushapeimage_13_link_0
Le Feuilleton de Claro 
du Monde des livres du 22 juin 2018
“Parabole que cette histoire. Et, en même temps, déclaration d’amour adressée aux dictionnaires et aux mots.”
Jean Renaud
sur remue.net
La presse en parle : PhB éditions
Se rendre à Paris obnubilait Bruno Schulz. Bien qu’il fût reconnu par ses pairs comme un écrivain polonais de premier ordre, le modeste professeur de dessin et de travaux manuels dans un lycée de province rêvait de la ville où tout artiste se devait d’aller pour exister aux yeux du monde, sans qu’il eût pour autant d’excessives illusions sur la fortune possible de son œuvre graphique.
Surmontant à grand-peine les obstacles, il parvint à Paris lors de l’été 1938 après avoir traversé cette Europe où s’accumulaient les menaces.
On suit Bruno Schulz à la trace, même quand elle s’interrompt faute de témoins, le perdant parfois de vue, une façon de ne pas lâcher cet « égaré » (en s’égarant en sa compagnie), pour reprendre l’idée de Walter Benjamin qu’il aurait pu rencontrer au détour d’un passage parisien, avec des mannequins de cire comme seuls témoins, se devinant de riches affinités.
 
Les archives sont très lacunaires, la quasi-totalité des sources a disparu pendant la guerre qui vit Schulz, acculé dans le ghetto de Drohobycz, être assassiné par un officier SS en 1942. Ce récit est composé, et inventé, à partir du précieux travail de Jerzy Fikowski (1924-2006), opiniâtre restaurateur de la mémoire schulzienne.
 
 
Accueil Médias Contact Catalogue Qui sommes-nous ? Auteurs Chroniques & Romans
Dominique Hérody
à Paris égaré Bruno Schulz ,
août 1938
90 pages, 10 euros
ISBN 979-10-93732-27-5
Commander à Paris, égaré
mailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20schulzmailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20Schulzshapeimage_24_link_0

Commander Une autre terremailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20autre%20terremailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20autre%20terreshapeimage_25_link_0
Nouvelles & Récits
Commander 
10 ans en 1939 mailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%2010%20ansmailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%2010%20ansmailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%2010%20ansshapeimage_27_link_0shapeimage_27_link_1

Commander Trans Artmailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20transmailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20transshapeimage_28_link_0
Couverture de Philippe Enrico
Commander Nouvelles bartlebyennes
mailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20nouvelles%20bartlemailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20nouvelles%20bartleshapeimage_29_link_0
https://argoul.com/2017/04/06/guillermo-de-la-roca-un-point-lumineux-suivi-de-lettres-andines/https://argoul.com/2017/04/06/guillermo-de-la-roca-un-point-lumineux-suivi-de-lettres-andines/shapeimage_30_link_0
Sur à Paris, égaré https://argoul.com/
Commander 
Connaître et appréciermailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20connaitremailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20connaitremailto:phbeditions@orange.fr?subject=commande%20connaitreshapeimage_31_link_0shapeimage_31_link_1
Iraj Valipour
168 pages, 14 euros
ISBN 978-2-9541329-7-6
Le Poète et l’Imam est une réflexion sur le pouvoir. Sous les apparences de la satire et de la caricature, transparaît la problématique de l’individu face au pouvoir institutionnel ; c’est même le point de fuite qui donne à ces récits leur perspective.  Pour ne pas être réduit à l’état d’objet, le seule défense de l’individu (ici le Poète) consiste à réveiller la paranoïa et la mégalomanie du gouvernant (ici l’Imam). Aussi le roman d’Iraj Valipour organise-t-il cette variation  de la folie en utilisant des notions comme le chamanisme urbain, la décroissance, l’atome, l’énergie mentale, la croyance religieuse...